Le trac - deuxième partie

Publié le par Bernard Sady

Voici la deuxième partie du dossier sur le trac paru sur le site Apprendre à apprendre.

 

Après avoir expliqué dans la première partie l'origine du trac, Pascal Becker propose des solutions et astuces pour en limiter les conséquences.

 

Tout d'abord, il est nécessaire de « se relaxer avant l'intervention ou l'épreuve ». Cela se fait par trois "trucs" :

  • - remplacer les images négatives ("je vais bafouiller") par des images positives de situations paisibles et rassurantes;
  • - prendre conscience des muscles inutilement contractés et les décontracter progressivement;
  • - respirer profondément et lentement.

 

Ensuite, il faut continuer à se relaxer durant la prestation :

  • - changer de position si possible: debout ou assis;
  • - continuer à respirer profondément et calmement.

 

Ces conseils précédents concernent les interventions en tant que tel. Mais il est indispensable de s'entraîner aux interventions en profitant de la moindre occasion pour prendre la parole en public.

 

En conclusion du dossier, Pascal Becker revient sur les deux causes essentielles du trac :

  • - «l'une motrice qu'il convient de maîtriser et de canaliser,»
  • - «l'autre nuisible ou même prémonitoire qui nous alerte de notre manque évident de préparation».

 

Cette dernière cause peut être réglée par une bonne préparation.

La première cause « motrice » est appelée "émotion" par notre auteur. Ce dernier ne conseille pas « tenter de tuer cette émotion », mais au contraire de la canaliser, car « lorsqu'elle est transmise avec simplicité et sobriété, elle fait passer votre message et lui donne force et autorité ». De plus, « c'est elle encore qui vous évite de passer pour un être impersonnel, au discours bien rôdé et stéréotypé ». Enfin, « C'est elle qui vous définit par votre sensibilité et votre ferveur dans l'exposé de vos idées ».

 

Enfin, le dernier truc « il suffit de s'entraîner régulièrement de manière à acquérir un peu plus de confiance en vous ».

Bon courage...

Publié dans Stress au travail

Commenter cet article