Les effets de la crise financière

Publié le par Bernard Sady

Si les effets de la crise financière sur l'économie réelle étaient peu visibles il y a un mois, depuis quelques jours, les mauvaises nouvelles se suivent et montrent une dégradation sévère.

Parmi tous les articles parus sur le net, j'en ai sélectionné deux publiés par le Journal du Net.

 

Le premier du mercredi 08 octobre, confirme : « La crise financière fait tâche d'huile dans l'économie réelle ».

Explications : « Immobilier, automobile, restauration ... La crise ne se cantonne plus au secteur financier, mais gagne secteur après secteur l'économie réelle via une raréfaction du crédit. »

C'est maintenant l'ensemble de la consommation des ménages qui est touchée : « La crise n'a pas pour seule conséquence un report des achats les plus importants: les Français, qui souffrent déjà de la baisse de leur pouvoir d'achat, sont devenus plus prudents au quotidien et taillent dans les dépenses jugées secondaires. »

Les entreprises sont également atteintes : « Conséquence de cette moindre propension à consommer, les entreprises souffrent, d'autant qu'elles sont elles aussi victimes du durcissement des conditions du crédit. »

Et le chômage va progresser : « Les effets de la crise financière se font déjà sentir au niveau du marché du travail. Le nombre de chômeurs inscrits à l'ANPE a bondi de plus de 41.300 en août. "Le troisième trimestre va être très très dur en matière d'emploi", prévient Karine Berger. Et selon M. Bouzou, ces difficultés devraient se prolonger après la sortie de crise, vue pour fin 2009, début 2010. »

  

Le 15 octobre c'est un article qui concerne les cadres : « Perspectives mauvaises pour l'emploi des cadres ».

En effet, « les derniers chiffres publiés par l'Apec sur l'emploi cadres montrent une détérioration de la situation. »

Les causes ? « La crise financière et la dégradation de la conjoncture conduisent les employeurs à plus de précautions dans leurs intentions de recrutement. »

Et tous les secteurs sont touchés.

Mais heureusement (si je puis dire...), « les remplacements sauvent le marché de l'emploi ».

Alors que pour les cadres c'était presque le plein emploi il y a quelques semaines comme le titrait un dossier de ce même Journal du Net fin août : « L'emploi cadre ne connaît pas la crise ».

Si vous avez envie de changer de travail, il faut un minimum de prudence...

Publié dans Economie

Commenter cet article

Gaêlle 24/11/2008 09:41

Bonjour,
merci pour vos recommandations totalement justifiées,
la suite dans quelques jours...

Bernard Sady 25/11/2008 21:52


Gaêlle

Il ne me reste qu'à vous souhaiter bonne chance.


Gaëlle 21/11/2008 16:08

Bonjour,

votre article n'arrange pas mon dilème... employée depuis 8 ans dans la même entreprise, je recherche depuis un an un nouveau poste dans le monde de l'industrie pour booster un peu ma carrière, je sens que je m'encrasse, il me faut un élément dynamisant! Il y a 2 semaines je trouve enfin L'Offre que j'attendais : critères techniques, type de poste, salaire, lieu... j'ai un entretien la semaine prochaine... mais, si par chance ça marche, justement, est ce prudent? je travaille dans un epic, mon emploi est assuré et j'ai un travaille confortable et intéressant... je sais: attendre l'entretien et y penser après, mais voilà...

Bernard Sady 21/11/2008 22:55



Bonsoir Gaëlle,


Je comprends votre dilemne.
Mais rassurez-vous, même si la période est difficile, il n'est pas interdit de changer de poste, surtout si vous avez trouvé LE poste de vos rêves.
Dans mon billet, je voulais simplement prévenir que même si on ne se sentait pas très bien dans son entreprise, ce n'était pas le meilleur moment pour rechercher un emploi...
Mais vous êtes dans un cas complètement différent. Cela fait un an que vous cherchez un poste plus dynamisant et vous l'avez trouvé : allez-y.
Une petite recommandation :  essayez de vérifier la santé de l'entreprise dans laquelle vous allez entrer. On ne sait jamais...
Autre recommandation importante : avant votre entretien, vous devez être très claire avec vous-même sur votre volonté de changer d'entreprise, car l'hésitation se ressent très bien quand on
est recruteur. Et entre plusieurs candidats, cela peut faire la différence. Il faut donc y penser avant...
Dernière recommandation : il vous faut quand même envisager le pire. Si ça ne marche pas dans votre futur travail, quelles sont les conséquences (ce n'est pas la même chose si on est célibataire
ou mariée, si vous avez des dettes ou pas, si vous avez votre seul salaire pour vivre, etc.) ? Rappelez-vous que c'est vous seule qui prendrez la décision finale. Mais parfois, il faut savoir
forcer le destin... en évaluant bien les risques.

Bonne chance et bon courage.

Bernard Sady



Duval 21/10/2008 12:14

Je suis vraiment déçu de l'irruption des publicités dans votre blog... Ca pollue, c'est moche et souvent assez vulgaire (bien en contradiction avec les valeurs que semble vouloir véhiculer votre blog).
Une autre conséquence de la crise financière ?

Bernard Sady 21/10/2008 23:13


Euh... c'est un essai pour le "fun"... C'est vrai que c'est pas terrible... J'enlève les pubs en bas des pages.
C'est mieux comme ça?
C'est sûr que ce n'est pas ces quelques pubs qui vont me faire faire fortune...
Mais les "valeurs que véhiculent mon blog" ne sont pas anti-pub...
Question aux autres lecteurs réguliers de ce blog : vous en pensez quoi des pubs?


Francisco varga. 18/10/2008 18:24

Bien d'accord avec vous..... j'ai été chassé il y a deux ans pour un poste de cadres sup chez....Fortis...
Rebelotte il y trois mois pour une belle évolution chez Morgan.....
Chaque fois, je me suis posé la question du cout du risque..... et mes réflexions étaient raremnet partagées par ma contrepartie.... et pourtant...