Recrutements : la graphologie abandonnée...

Publié le par Bernard Sady

Il y a encore quelques années, il était indispensable d'envoyer sa lettre de motivation manuscrite lors d'un dépôt de candidature pour un poste de travail. C'est tout simplement car la plupart du temps, le recruteur faisait faire une analyse graphologique de l'écriture.

Mais les choses ont bien changé. Lucie Delaporte, dans un article des Echos du 14 octobre 2008, nous explique que « très prisée il y a quelques années, l'analyse de l'écriture est de moins en moins utilisée par les DRH, séduits par les tests psychologiques et psychotechniques. »

Elle nous apprend que la graphologie était « une exception française » reconnue par une norme AFNOR...

Mais cette exception est « en passe d'être détrônée par des évaluations venues des pays anglo-saxons et jugées plus fiables : les tests de personnalité psychotechniques, tels que le Papi, le MBTI ou encore le Sosie. »

Entre les graphologues et les éditeurs des tests psychotechniques anglo-saxons, c'est la guerre, chacun accusant l'autre d'utiliser une technique limitée...

La conclusion de Lucie Delaporte mettra tout le monde d'accord : « A la longue, ces querelles de chapelles pourraient surtout rappeler aux DRH que pour se faire une idée du moi profond des candidats, rien ne vaut un entretien de motivation bien mené. »

Je suis bien d'accord avec elle...

Publié dans Relations humaines

Commenter cet article