Les étudiants, Google et Wikipédia...

Publié le par Bernard Sady

Alithia, l'opposante à la pseudo encyclopédie Wikipédia, a présenté sur son blog le 07 novembre dernier, l'étude publiée par Alexandre Serre sur Université Mag : « Former les étudiants à la maîtrise de l'information : sur quels contenus ? »



Pour Alithia, « cette étude est un plaidoyer pour une formation des étudiants à l'usage des outils informatiques et l'apprentissage d'une distance critique. » En effet « les étudiants par manque de formation aux recherches par les moyens de l'informatique abusent de Google et de Wikipedia. »

Elle cite Alexandre Serre pour appuyer son propos : « L'appropriation massive des TIC par les nouvelles générations et l'acculturation informatique spontanée des étudiants peuvent induire un certain nombre d'illusions, quant à leur maîtrise réelle des outils informatiques et leur autonomie informationnelle. Et un nouvel « allant-de-soi » est en passe de se répandre à l'université : le présupposé d'une maîtrise « innée » des TIC par les étudiants, qui seraient passés maîtres dans l'art de surfer sur le web, de chercher l'information et d'utiliser les outils numériques. Pourtant, aussi bien l'observation des usages informationnels à travers différentes études que l'expérience de nombreux enseignants, laissent voir une réalité plus problématique que le constat, parfois trompeur, de l'utilisation et de l'appropriation d'Internet par les étudiants. Nous en rappelons ici quelques aspects.

[...] Certaines enquêtes et études récentes ont montré par ailleurs l'importance des "mésusages" informationnels : phénomène du copier-coller, réflexe « Google-Wikipedia » pour toute recherche documentaire, problèmes d'identification de l'information pertinente, citations des sources de plus en plus approximatives, etc. »


Et pourtant, ces étudiants devraient être les représentants idéals de la génération Y, qui sont censés maîtriser Internet et les outils web 2.0... La réalité est quelque peu différente de l'image d'Epinal qui en a été faite, par exemple dans le document de blueKiwi : « L'Entreprise 2.0  - Comment tirer profit des Réseaux Sociaux Professionnels ? ». J'ai fait une critique de ce concept de "Génération Y" dans un billet précédent en commentant le document de blueKiwi. 


Voici ce qu'écrit blueKiwi dans le document cité ci-dessus sous le titre « La Génération Y n'est pas sur Internet, elle en fait partie. » : « Rompue dès son plus jeune âge à utiliser simultanément plusieurs médias, [la génération Y] est devenue multitâches et peut à la fois lire un document, participer à une discussion sur messagerie instantanée, discuter avec vous et écouter de la musique. [...] Le Y est un « surfeur » dans tous les sens du terme. Il surfe sur Internet, sur les réseaux sociaux, passe d'information en information et de contact en contact. Il surfe aussi sur les projets, les idées : conséquence de son pragmatisme il n'a pas d'à priori et sait s'adapter en permanence au contexte, ou changer de stratégie. » Il y a un écart important entre l'analyse d'Alexandre Serre et celle de blueKiwi...

« Le Y est impatient : il veut des résultats rapides. Il va droit au but, veut communiquer de manière instantanée avec la bonne personne, avoir une réponse immédiate et ne s'embarrasse pas des procédures et des intermédiaires qui lui font perdre du temps. » Cette impatience le conduit à utiliser de préférence les outils qui vont lui donner rapidement une réponse : Wikipédia et Google, même si ces réponses ne sont pas pertinentes...

 

« Habitué à un monde qui change vite et à baigner dans des flux d'information, il trouve logique d'avoir accès à toute l'information sans aucun cloisonnement. Il accorde d'ailleurs une grande importance au  fait de pouvoir s'instruire en permanence de ses expériences et se désengage rapidement lorsqu'il n'apprend plus rien. »

 

 

La conclusion d'Alithia : « Les enseignants ne peuvent que déplorer la restriction considérable du champ des recherches qu'entraîne l'omniprésence sur le net des monopoles Google - Wikipedia qui tendent à n'en faire plus qu'un, tant il va de soi que leurs ressources sont insuffisantes. »

La Génération Y est multiple et tous ses membres n'ont pas le même accès, ni la même facilité avec Internet. Par contre, ce qui est le plus inquiétant, c'est le manque d'esprit critique qui semble caractériser cette génération.
Si vous souhaitez approfondir cette question, n'hésitez pas à consulter l'ensemble de l'étude d'Alexandre Serre sur le site Université Mag.

Publié dans Wikipédia

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nicolas de Rauglaudre 18/12/2008 09:12

Tout dépend à quelle échelle on se situe... Teilhard se place à l'échelle des millénaires.

Nicolas de Rauglaudre 17/12/2008 07:25

On en arrive toujours au même problème : comment former l'esprit critique des étudiants... ou plutôt comment leur apprendre un peu de discernement. Plusieurs sources sont nécessaires, même dans les sciences (je l'ai constaté dans "La Recherche", à laquelle je suis abonné depuis près de 25 ans... et qui tombe régulièrement dans des grossières erreurs -que bêtement je reprenais-, et qu'elle rattrape parfois...)
Ce qui prouve que beaucoup d'étudiants n'étudient pas pour eux-mêmes, mais pour acquérir un statut social. Ma petite expérience m'a démontré qu'il en existe toutefois quelques-uns... Ouf ! Comme dit Teilhard, il suffit qu'une vérité se fasse jour en un tout petit endroit de la Planète pour que tôt ou tard, elle finisse par être adoptée par l'ensemble. Mais le plus tôt est le mieux...

Bernard Sady 17/12/2008 23:40


Nicolas,
Je ne serais pas aussi optimiste que Teilhard... Il me semble qu'une vérité ne s'impose jamais toute seule et par sa force intrinsèque...


Nicolas de Rauglaudre 16/12/2008 21:28

Comme en toutes choses, il y a du bon et du moins bon dans wikipedia. Comme dans une encyclopédie Hachette ou Larousse, dans l'Encyclopedia Universalis ou ailleurs. Il y a même parfois de grosses énormités. J'ai moi-même écrit quelques articles dans wikipedia et corrigé quelques autres... Toujours dans un domaine que je connais. C'est un exercice sympa.
Quand je cherche des infos scientifiques (en physique, en chimie, en mathématiques), les articles sont souvent excellents, et se recoupent organiquement entre eux : c'est l'avantage d'une encyclopédie wiki en ligne.
Que les étudiants fassent du copier-coller depuis wikipedia est dommage. Il ne faut toutefois pas oublier que dans de nombreux articles, il y a des références de sites et d'ouvrages en bas de pages.
De dire que wikipédia ne vaut rien, ou inversement que wikipédia est le summum, sont deux attitudes idéologiques. On ne peut pas les réfuter.
Bonne navigation.

Bernard Sady 16/12/2008 22:52


Nicolas,
C'est exactement ce que disait Alithia sur son blog : dans les domaines scientifiques, il y a de bons articles dans WP. Par contre, même dans ces domaines, vous ne pouvez pas avoir pleinement
confiance. C'est arrivé à Bruno qui en témoigné dans un commentaire sur un autre de mes billets : il s'est fait reprendre lors d'une présentation d'un rapport sur une information fausse prise dans
WP sur un thème lié à la sécurité.
Je suis d'accord avec vous sur les deux attitudes idéologiques contre lesquelles il est inutile d'argumenter. Il me semble (j'espère) ne pas avoir d'attitude idéologique, car je me contente de
constater que WP n'est pas fiable dans au moins plusieurs de ses articles. Et comme disait Descartes : "Ayant considéré qu'ils me trompent parfois, je dois considérer qu'ils me trompent toujours".
Descartes n'était pas idéologue?
A quoi peut servir une encyclopédie non fiable? Vous dites qu'il y a des énormités dans les autres encyclopédies : c'est vrai, mais c'est sans commune mesure avec celles qui sont dans WP.
Ce qui est par contre terrible et c'est ce sur quoi je m'élevais dans ce billet, c'est le fait que beaucoup d'étudiants actuellement ne jurent que par Google / Wikipédia lorsqu'ils font des
recherches.
Votre témoignage est intéressant, car vous semblez n'avoir rencontré aucun problème lors de la publication de vos articles ou de la correction d'autres articles dans WP. Contrairement à
de nombreuses personnes pour qui ça a été très difficile d'arriver à écrire sans se faire corriger ou reprendre par des personnes qui n'y connaissaient rien... Il y a certainement des
exceptions qui confirment la règle...


Laurent 16/12/2008 16:58

Et bien dès que mes exams seront terminés ce sera chose faite! peut-être que monsieur Sady accepterait de le publier sur son blog? Je n'en ai pas moi même...

Bernard Sady 16/12/2008 22:17


Laurent,
Pas de problème, tu peux me contacter directement via le "contact" au bas de ce blog.


alithia 16/12/2008 15:11

Bonjour Bernard Sady

Je vous ai laissé un commentaire sur mon blog : http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/article-25487222-6.html#comment35023389

Et ai ajouté quelques articles, en particuler # quelques articles de wikipedia jugés par des universitaires, http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/article-25656963.html
# nullité de wikipedia : témoignages de wikipediens

# les media découvrent que wikipedia véhicule publicité et propagande

Pour reprendre ce que dit Laurent, je confirme ce qu'il dit à savoir que wikipédia et google, sont tout simplement bannis et proscrits par les formateurs en recherche documentaire;

Aurait-il la gentillesse d'aider ceux qui le lui demandent en fournissant un exemple de recherche et moteur de recherche, pour que les amateurs éclairés de recherche intelligente en bénéficient ?

Bernard Sady 16/12/2008 22:16


Alithia,
Merci pour ces renseignements complémentaires.
Je crois que Laurent a compris le message : je lui ouvrirai ce blog pour qu'il publie ce qu'il a appris concernant la recherche documentaire.