Management masculin et féminin...

Publié le par Bernard Sady

Dans un commentaire sur le billet « Savoir dire bonjour à ses collaborateurs » publié sur mon blog, celle dont le pseudo est "Pain" a apporté le témoignage suivant : « Je tombe sur votre site alors que je viens d'essuyer le refus de me serrer la main de la part d'un musulman nouvellement installé dans bureau. Sur le coup, j'ai pris la chose très mal d'autant que cela a fait rire mes collaborateurs masculins installés dans la même pièce. Aujourd'hui j'en rigole car j'ai vu sur Internet que d'autres se sont fait prendre comme le chef de la police Britanique et même le Roi d'Arabie saoudite. J'ai commencé ma carrière dans l'industrie et quand je lis votre site je me dis que heureusement que je suis passé aux bureaux. C'était déjà pas évident à l'époque d'être une femme. Aujourd'hui, avec l'intégration des minorités (que j'approuve) et la monté de l'intégrisme musulman j'aurais du, si j'étais devenue chef, à la fois serrer la main des collaborateurs et essuyer les refus de certains d'entre eux. Blague à part, je vous suggère de prévenir sur votre site que la situation peut se produire afin que vos lectrices puissent s'y préparer. »


Je profite donc de l'excellent dossier proposé par le Journal du Net « Management : ce que les femmes peuvent apprendre aux hommes... et vice versa » pour tenir ma promesse d'aborder ce problème.

 


Il est vrai que face à certains hommes (pas seulement musulmans...), il est très difficile pour une femme de s'imposer comme "chef". Parfois, c'est même impossible... Serrer la main de certains et se la voir refuser par d'autres fait perdre toute crédibilité. Donc, mesdames, mesdemoiselles, il vaut mieux que vous soyez prévenues de ce qui peut vous attendre dans le monde professionnel. Et sachez qu'hélas, vos collègues masculins ne vous aideront pas beaucoup... Mais ne vous découragez pas d'avance, certaines ont réussi.


D'autant que les femmes peuvent en apprendre aux hommes en matière de management. L'inverse étant également vrai.


Commençons d'abord par ce que les femmes peuvent apprendre aux hommes :


« Le travail en équipe : En termes d'ouverture d'esprit, de curiosité intellectuelle et d'abstraction, ce sont les femmes cadres qui possèdent un plus sur les hommes. Cette notion implique que les femmes cadres arrivent plus aisément à s'ouvrir à une panoplie d'opinions, à être à l'écoute, à partager, ce qui est au cœur du style de management participatif. »


« La résolution des problèmes : Autre avantage pour les femmes cadres : la gestion des situations difficiles. "Face à un problème, les femmes vont tout comme les hommes, vouloir résoudre les effets immédiats d'une crise pour sortir de l'impasse. Mais elles veulent également remonter aux origines de la situation et régler les choses en profondeur pour ne plus se retrouver confrontées à la même situation à l'avenir", ajoute Paule Boffa-Comby, fondatrice du cabinet Pema-Partenaire et auteur du livre Promouvoir les talents. »


« L'empathie : Autre point sur lequel les femmes cadres s'avèrent plus fortes que leurs congénères masculins : l'altruisme. Cela passe par une plus grande capacité à aider les autres, à inspirer confiance, à prêter attention au bien-être. D'où une capacité à développer le relationnel et à instaurer une atmosphère de travail agréable. »

 


Puis, voyons ce que les hommes peuvent apporter aux femmes :


« Le leadership : Favoriser l'action, impulser l'énergie et l'envie de progresser à son équipe, motiver ses collaborateurs sont autant de qualités que les entreprises attendent d'un manager encadrant. Et celles-ci correspondent à des valeurs plus naturellement portées par les hommes. »


« La promotion des résultats : En ce qui concerne le charisme, la communication sur ses résultats et ses idées, les hommes restent les maîtres de l'art. Même si les femmes cadres ont bien dû apprendre à imiter le style des hommes. »


« La vision globale : Tant du point de vue de la pensée stratégique que de l'intérêt pour des résultats tangibles à court terme les hommes cadres disposent d'une marge d'avance sur les femmes. Celles-ci ont toutefois dû progresser dans ce domaine pour être nommées à leur poste. »


« L'animation d'un réseau interne : S'il est essentiel de construire et animer un réseau professionnel hors de l'entreprise pour bien gérer sa carrière, c'est également vrai à l'intérieur. Les femmes ont peu conscience des luttes de pouvoir, des jeux politiques et du réseau informel. Elles n'ont pas naturellement cette volonté d'ascension et de conquête des hommes. »



D'aucuns ou d'aucunes penseront que ces points forts ou « à conforter » sont caricaturaux...

Mais comme le dit le "chapô" du dossier : « Egal ne signifie pas identique. Un constat qui vaut aussi lorsqu'on parle styles de management : hommes et femmes ne laissent pas s'exprimer les mêmes valeurs lorsqu'il s'agit de diriger une équipe. Une vaste enquête a fait le point sur les spécificités de chacun en milieu professionnel. En découlent des points forts et des capacités à, au contraire, améliorer pour chacun de ces managers. »


Nous avons tous à apprendre les unes ou les uns des autres.

Publié dans Relations humaines

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article