Les recruteurs et Internet...

Publié le par Bernard Sady

J'avais alerté dans plusieurs billets (ici, ici, ici et ici) des dangers de s'afficher n'importe comment sur Internet. Car il est très difficile d'effacer les traces laissées sur le web. Et les recruteurs pourront aller voir toutes ces traces.

 

Un article des Echos du 23 janvier dernier confirme ces craintes ("Google et Facebook vous dévoilent aux recruteurs") : « Même si certains résistent encore par principe, la plupart des recruteurs n'hésitent plus à chercher sur Internet des informations personnelles sur les postulants à un emploi. »

Et que trouve-t-on sur le web ? « Etat-civil, études, centres d'intérêt, photos, vidéos, vie privée: Google, Facebook ou d'autres sites comme "Les copains d'avant" sont une mine d'informations pour les recruteurs dans leur quête de l'oiseau rare. »

Mais il y a encore des réticences : « Officiellement les grandes entreprises condamnent le procédé et disent ne pas y avoir recours. » Cependant, officieusement, c'est pratiqué...


Pas toujours pour trouver des détails "croustillants" : « "Pour un poste de management, il est un peu inquiétant quand on constate, en entrant le nom du candidat dans Google, qu'il n'y a rien sur lui. Il est important qu'une personne ait une vitrine. Dans le cas contraire c'est mauvais signe", avoue, sous couvert d'anonymat, un DRH d'une entreprise du CAC 40. 

"Si j'ai deux candidats en face de moi, l'un avec des articles sur Google et l'autre non, mon intérêt va être fortement tourné vers le premier", renchérit M. Verdier. »

 

Ce qui veut donc dire qu'il ne faut pas supprimer toute intervention sur le net, mais veiller aux traces qu'on peut laisser : commentaires, photos, renseignements privés, etc..

Il n'est pas indispensable d'avoir un profil Facebook, Flckr ou Copainsdavant. Je n'en ai pas (il y a un Bernard Sady qui est sur Facebook, mais c'est un homonyme...).

Par contre, il est bon de laisser des traces "professionnelles" : commentaires sur des blogs ou forums professionnels, ou même tenir un blog professionnel...


Vous lirez avec intérêt sur Mediapart le "piégeage" de Jean Marc Manach « journaliste spécialiste de la sécurité informatique » par un autre  journaliste, Vincent Truffy.

 

Et surtout la réponse du "piégé". En fait, les informations glanées ne sont aucunement privées...


La conclusion de Jean Marc Manach : « Cette histoire n'en démontre pas moins que s'il est possible d'accéder aux données personnelles de ceux qui n'ont pas conscience que ce que l'on publie sur l'internet peut être lu par tout le monde (et n'importe qui), il est aussi tout à fait possible (dans mon cas en tout cas) d'être un professionnel de l'internet, & d'y passer une bonne partie de sa vie (y compris privée), sans pour autant être fliqué, et voir sa vie disséquée. Parce que sur le Net, je n'évoque jamais ma vie privée. Parce qu'elle n'a rien à faire en ligne. »

 


Maintenant, vous ne pourrez plus dire que vous n'avez pas été prévenu !

Commenter cet article