La crise : le début de la fin ?

Publié le par Bernard Sady

J'avais rapporté dans un billet récent les paroles de JC Trichet expliquant que « nous identifions un certain nombre d'éléments dans l'économie mondiale qui sont expansionnistes. Il y a un certain nombre d'éléments qui suggèrent que nous nous rapprochons du moment où nous observerons un redressement. »

 


Quelques jours plus tard, c'était DSK, le patron du FMI qui affirmait au contraire que « la récession allait être mondiale. » Les Echos, qui rapportent ses paroles, commentent : « sans donner de chiffres, il n'a pas caché que les prochaines statistiques que publierait le fonds devraient faire « apparaître une croissance mondiale qui, pour la première fois depuis soixante ans, sera négative ». Jusqu'à présent, Dominique Strauss-Kahn évoquait une croissance mondiale nulle. Par la même occasion, il a estimé que la crise actuelle pouvait désormais être qualifiée de « grande récession ». Un nom de baptême certes peu réjouissant, mais réaliste, au vu des prévisions du FMI ».


 

Au cours de la semaine passée, nous avions eu également des "bonnes surprises" avec les résultats de Citigroup et de General Motors.

 


Vendredi, c'était au tour de Christine Lagarde, notre ministre de l'économie, interviewée par Les Echos, de faire preuve d'optimisme : « Je suis plutôt de l'avis de Jean-Claude Trichet. Nous tablons sur une reprise courant 2010. [...] Je ne suis pas convaincue qu'il y aura cette année une récession mondiale. » Et de critiquer vertement le FMI et les USA : « Il est un peu inquiétant d'entendre des voix outre-Atlantique dire que l'économie ne repartira certainement pas l'année prochaine. Les Etats-Unis donnent le sentiment qu'ils ne croient pas eux-mêmes à leur plan de relance. A mon avis, le FMI noircit trop le tableau. »

 

 

Aujourd'hui, c'est L'Usine Nouvelle qui rend compte de propos tenus par Ben Bernake, le patron de la Réserve Fédérale sur CBS : « Nous allons voir la fin de la récession probablement cette année et nous verrons la reprise au début de l'année prochaine. Elle va s'accélérer avec le temps ».L'Usine Nouvelle continue : « La récession américaine qui a débuté à la fin 2007, devrait donc ralentir en 2009 sous l'effet d'une stabilisation du système financier. Ben Bernanke a toutefois reconnu que le marché de l'emploi allait encore se dégrader, que le « plein-emploi » ne reviendrait pas mais que « quelques bourgeons » annonçaient déjà des temps meilleurs. »

 

 

Alors, faut-il être pessimiste avec le FMI ou optimiste avec Trichet, Lagarde et Bernanke ?


En fait, derrière tout cela se cache la préparation du G20 le 2 avril prochain à Londres. Le dernier communiqué du LEAP est très intéressant à ce sujet. Je vous en donnerai la clé demain...

 


Mais en attendant, voici les derniers résultats concernant l'économie américaine publiés ce soir : ils ne portent pas à l'optimisme, n'en déplaise à Trichet, Lagarde et Bernanke.


Sous le titre « Série de mauvais indicateurs pour l'économie américaine », le Journal du Net explique :


« La production industrielle américaine est tombée en février à son niveau le plus bas en presque sept ans tandis que le sentiment des constructeurs immobiliers restait proche de son plus bas historique, selon des statistiques publiées lundi.


« De plus, l'activité manufacturière dans l'Etat de New York en mars a touché un nouveau plus bas historique et un montant record de capitaux est sorti du territoire américain.


« La production industrielle a chuté de 1,4% en février, après avoir déjà diminué de 1,9% en janvier. Les économistes tablaient sur une baisse de 1,1% pour le mois dernier.


« "Ces mauvais chiffres détruisent l'espoir que la récession va bientôt finir aux Etats-Unis. Il est très probable que la production industrielle baisse encore durant plusieurs mois", estime Roger Kubarych, économiste à New York pour Unicredit Markets & Investment Banking.


« Selon la Fed, l'utilisation des capacités industrielles est passée de 71,9% en janvier à 70,9% en février, son plus bas niveau depuis décembre 1982.


« La production de biens manufacturés a diminué de 0,7% en février, après une chute de 2,7% en janvier. La baisse s'est ralentie en raison de la relance de la production de véhicules à moteur et de pièce détachées, a expliqué la Fed.


« "Le secteur manufacturier est toujours en baisse. Les entreprises ont du mal à réduire leurs inventaires et à faire face à la baisse de la demande, des exportations et des investissements", note Daniel Meckstroth, économiste pour l'Alliance des manufacturiers.


« "Ces facteurs négatifs sont un grand obstacle à surmonter et il est encore trop tôt pour espérer une reprise du secteur industriel. La vision la plus optimiste consiste à dire que l'économie ralentit moins rapidement."


« Le secteur immobilier, épicentre de la crise financière et économique, n'est pas non plus en train de sortir du marasme. L'indice NAHB/Wells Fargo ressort à 9 en mars, comme en février. C'est le cinquième mois consécutif que cet indice reste inférieur à 10.


« Par ailleurs, le département du Trésor a annoncé que les sorties nettes de capitaux avaient atteint 148,9 milliards de dollars en janvier. »

Publié dans Economie

Commenter cet article

MICHEL LE CADREUR 17/03/2009 00:48

Près à faire sécession et à rejoindre un pays libre (enfin) ?
> http://www.dailymotion.com/video/x8n76g_une-nouwwwelle-wwwie_fun

Fais buzzer ! lache tes comm 0_O

Bernard Sady 17/03/2009 22:47


Franchement, j'ai pas tout compris...