G20 : après l'unanimité, les couacs...

Publié le par Bernard Sady

Il n'a pas fallut attendre longtemps pour que les premiers couacs apparaissent après "l'unanimité du G20".


C'est d'abord Dominique Seux qui écrit le 6 avril dans Les Echos :

« Après l'euphorie, le dépit ? Les lendemains du sommet presque unanimement qualifié d'historique jeudi dernier offrent aux observateurs impatients quelques raisons de s'inquiéter. »


« Sur les paradis fiscaux, les trois listes dévoilées par l'OCDE donnent l'impression d'être plus politiques que réalistes, les puissances présentes à Londres étant à peu près toutes épargnées. Sur les normes comptables, les Américains viennent de modifier pour eux-mêmes les règles d'évaluation des actifs notamment bancaires, mais les Européens doivent attendre le feu vert d'une organisation internationale, l'IASB. Voilà un vrai test de coopération. Enfin, à Prague samedi, les ministres européens des Finances ont décidé de forcer l'allure sur la supervision financière, mais ils se heurtent à un veto des Britanniques, qui ne veulent pas entendre parler d'un contrôle même lointain par la BCE. »


Donc, sur les paradis fiscaux qui semblaient la grande victoire du couple Sarkozy - Merkel, le jeu a été faussé... Attali le dénonçait déjà avant le G20.



Concernant la modification des normes comptables, Les Echos, dans un autre article précisent : « les ministres [de l'UE], un peu choqués par l'assouplissement sans consultation préalable des règles d'évaluation américaines des actifs des banques la semaine dernière ont décidé de réagir en demandant à l'IASB, l'organisme qui fixe les normes comptables en Europe, de "réagir rapidement" pour appliquer les mêmes règles dans l'Union. Ils craignent en effet que ces différences de traitement ne désavantagent leurs établissements financiers. »


Ensuite, c'est Joseph Stiglitz qui est interviewé dans Les Echos du 10 avril et qui insiste sur cette modification des normes comptables aux USA :

« Alors que tout le monde parle du besoin de renforcement de la transparence, deux jours après le G20, les Etats-Unis décident d'avoir moins de transparence en changeant leurs normes comptables pour permettre aux firmes de ne pas provisionner leurs actifs détériorés. C'est une décision prise par le Financial Accounting Standards Board (FASB), sous la pression du pouvoir politique et des banques de Wall Street. C'est un vrai pas en arrière. »



Donc, à peine une semaine après le G20 du 02 avril, les USA jouent "perso" et en Europe, la Grande Bretagne bloque à elle seule les décisions que souhaitent prendre les ministres des finances de l'Union « dans l'élan du sommet du G20 »... C'est mal parti...



Mais pour la plupart de nos dirigeants, le G20, c'est du passé. Car la crise est sur le point de se terminer... Obama entrevoit une « lueur d'espoir pour l'économie». Le cauchemar, c'est bientôt terminé et tout va repartir comme avant...


Pas si sûr...

Publié dans Economie

Commenter cet article