Savoir faire un véritable break pendant ses vacances

Publié le par Bernard Sady

Solveig Jammes vient de publier un dossier particulièrement intéressant en ce temps de crise dans le Journal du Net : « Partir en vacances, l'esprit tranquille »... Effectivement, après le stress lié aux difficultés ou incertitudes liées à la crise, il est nécessaire de faire un « break » et de reprendre des forces avant d'aborder la rentrée... qui s'annonce particulièrement difficile.



Voici ces quelques précieux conseils.


Avant d'entrer dans le texte de Solveig Jammes, je voudrais faire une remarque.

Pour faire un véritable "break", il faut faire une coupure d'au moins deux semaines d'affilée. Si vous prenez une semaine de temps en temps, vous n'aurez pas l'impression de prendre des véritables vacances. Le sentiment de coupure se fait réellement si on prend 15 jours de congés en suivant au minimum. Bien sûr, l'idéal est de prendre trois semaines, mais ce n'est pas toujours possible, surtout que de plus en plus d'entreprises ne ferment pas ou pendant des périodes très courtes.



Venons-en aux conseils de notre auteur.



D'abord, il faut savoir « refuser des devoirs de vacances ».


Qu'ils soient suggérés de manière indirecte (« Calons si vous voulez un rendez-vous le lundi 20 à 10 heures, à votre retour de congés, pour faire le point sur ce dossier très important »), ou directe (« Vous aurez bien un petit créneau le soir pendant vos congés en cas d'urgence ? Vous savez que votre avis d'expert, votre validation nous est indispensable »), il faut savoir résister.

Solveig Jammes préconise que « face à ce genre de formules, il ne faut pas hésiter à négocier, si vous ne vous sentez pas de refuser tout net. Le mot d'ordre dans ce type d'exercice : toujours dire non à la tâche mais pas à la personne. »


Quant à « la disponibilité, mieux vaut ne pas laisser passer : "Oui, bien sûr en cas d'extrême urgence, ce sera toujours possible. Mais de telle date à telle date, je serai complètement injoignable, le téléphone portable ne passera pas". »


Le téléphone ne passe pas partout, et l'ADSL est loin d'être répandu dans tous les coins de la France profonde...



Ensuite, il faut « préparer ses vacances comme un véritable projet ».


Il ne faut rien exagérer, mais c'est vrai que préparer un minimum son absence permet de partir l'esprit libre.


Et pour vraiment partir tranquille, « pas question de finir sa dernière journée à 22 heures, débordé par la somme de travail à gérer avant son départ en congé... et avec un gros dossier en retard sous le bras. » Il ajoute même : « Il est au contraire préférable de partir une heure plus tôt. »


Mais il ajoute aussitôt : « pour cela, il faut avoir dégagé du temps en amont. »

Voyons comment faire.


Un seul remède efficace : la délégation.


« En premier lieu, il faut prendre le temps de faire un point personnel ou en équipe sur le travail en cours ainsi que sur les échéances : quelle tâche, quel projet peut attendre, quelle activité est prioritaire et comment s'organiser. Suite à ce premier travail, il faut ensuite prendre encore un peu de temps pour partager le travail à réaliser. »


Mais pour cela il faut « savoir déléguer : "beaucoup de managers se disent surbookés, mais en réalité c'est qu'ils n'arrivent pas à déléguer ", indique Pierre Longin, auteur du livre "Apprivoiser le temps". »


A cette fin, notre auteur nous révèle « le secret » qui « consiste à expliquer à son collaborateur les 2 ou 3 points qui vous paraissent importants et qui sont liés à vos valeurs personnelles. Il faut ensuite programmer un point en tête à tête pour contrôler le travail effectué dès votre retour. »


C'est un peu plus compliqué, la délégation... Mais pour les vacances, on pourra s'en satisfaire...


Autre point important : « une fois ce travail réalisé, n'oubliez pas de faire savoir à votre entourage professionnel tant interne qu'externe que vous ne serez absent et vers qui ils peuvent adresser leurs demandes. »



Puis, il est nécessaire de « s'autoriser à déconnecter complètement ».


Ce qui veut dire « prendre de la distance ».


« "Les vacances sont le moment de l'année privilégié pour découvrir quelque chose de nouveau, vivre une autre vie, quitter le milieu professionnel dans lequel on est de moins en moins en confiance et ainsi retrouver une certaine sérénité", explique Pierre Longin. C'est également le temps d'un retour sur les questions existentielles, sur ses besoins fondamentaux : quel est le sens de ma vie ? À quoi je sers ? Quelles sont mes aspirations profondes ? »


« C'est pourquoi il est si important de prendre de la distance avec son travail. Il faut notamment veiller à sortir de la dépendance liée au téléphone portable et à l'ordinateur portable. »


Par contre, il ne faut « pas rester inactif ». Surtout si vous êtes hyperactif. Car vous risquez de vous « ennuyer très vite et d'embêter tout votre entourage familial et amical. »


Notre auteur ajoute : « si l'on s'accorde quelques jours de repos complet dans un premier temps pour recharger les batteries, des vacances actives sont ensuite les bienvenues, qu'il s'agisse d'activités sportives, de visites culturelles, de jeux avec les enfants. »



Enfin, dernier conseil : « S'il faut vraiment travailler pendant ses vacances... »


Hélas, cela peut arriver... « Vous n'avez pas pu négocier un délai supplémentaire, vous tenez absolument à rattraper votre retard, vous vous êtes engagé à aider un collègue sur un projet... Cette année encore, les raisons sont multiples, vous devrez malgré tout emporter des dossiers pendant vos vacances. »


Pour quand même profiter un minimum de vos vacances, il faut impérativement « couper complètement avec le travail au moins pendant une semaine, voire la première moitié de vos vacances, de façon à bien évacuer vos soucis et sortir de l'esprit de l'entreprise. »


Et pendant la période de « devoirs de vacances », il vous faudra vous organiser « pour concilier plages de travail et activités de vacances. »


Pour limiter les conflits liés à cette obligation, « le mieux sera d'en discuter directement avec vos proches : préféreront-ils que vous bloquiez des créneaux d'une ou deux heures par jour, ou que vous consacriez quelques jours au cours de la dernière semaine de vacances ? »


Une fois dans vos « devoirs », il faut savoir « rester efficace ».


Ainsi, vous devrez « vous isoler pour travailler, en allant ailleurs, au café du coin... car vos proches, vos enfants ont droit aux vacances. »


« Autre piège à éviter : si vous avez à préparer une présentation, à finaliser un document, à réfléchir à un ensemble de propositions, isolez bien la tâche que vous vous êtes fixée et accordez à ce travail une portion congrue. Pas question de lire et de répondre à tous vos mails, de demander des nouvelles de tel dossier à vos collègues : vous risqueriez d'ouvrir une brèche dans le barrage et vous faire emporter par le flot. »


Et sachez faire votre communication : « n'hésitez pas à dire à votre retour que ce travail vous a pris 2 heures de travail par jour sur votre temps de vacances que vous deviez à vos enfants et à votre famille. »



Il me reste à vous souhaiter de bonnes vacances. Je prendrai les miennes fin juillet -début août : trois semaines d'affilée. Je ferai un vrai break et j'arrêterai même de bloguer pendant au moins deux semaines (les deux premières semaines d'août)...

Commenter cet article