Il cède les rênes…

Publié le par Bernard Sady

Surprise : Didier Lombard vient d’annoncer lui-même dans une interview au Figaro de demain mardi 02 février, qu’il cède les rênes de France Telecom à Stéphane Richard…


Il ne quitte pas France Telecom, mais va proposer « au conseil d'administration du 24 février de dissocier la fonction de président, [qu’il conservera], de celle de directeur général qui sera confiée à Stéphane Richard. Si le conseil approuve cette nouvelle gouvernance, elle sera mise en place à compter du 1er mars. »


Il précise le contour de ces deux postes : « En tant que président de France Télécom jusqu'à juin 2011, terme de mon mandat, je m'attacherai à faire fonctionner le conseil d'administration et me focaliserai sur les grandes orientations stratégiques et technologiques, domaines qui m'ont toujours passionné. Stéphane Richard aura 100 % des commandes opérationnelles. »


C’est ce que demandait le pouvoir politique (voir mon dernier billet “Qu'il parte !”).


Didier Lombard garde quand même le principal : « des conditions financières intéressantes ». Ce qui n’en reste pas moins scandaleux, au vu des résultats du personnage !


Le reste de l’interview est à l’image du bonhomme : il est satisfait de son bilan vu uniquement sur le plan strictement économique et a comme regret « de ne pas avoir pu éviter la crise sociale ».

Mais finalement, ce n’est pas de sa faute : « Concernant les événements dramatiques de ces derniers mois, j'aurais certainement du agir plus tôt. Durant l'été, tous les jours j'avais une réunion de crise sur ce sujet. Nous avons pris le problème à bras le corps. Mais sans doute aurions nous dû, dès le mois d'août, appliquer les mesures que nous avons mises en œuvre en octobre. Mais sur ces sujets humains extrêmement sensibles, il est très difficile d'évaluer la profondeur des choses. Je suis souvent allé sur le terrain, j'ai rencontré des salariés heureux, d'autre moins, mais toujours très attachés à France Télécom qui est comme une grande famille. Cette relation très affective à l'entreprise explique pour partie les drames que nous avons connus. »


Bon débarras !

Publié dans Stress au travail

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Michel 02/02/2010 14:17


Addendum pour un commentaire sobre sur ZDnet :

par Bruno   le
02/02/2010


super ... le rêve du Cadre ... garder la stratégie et la gouvernance et refiler le management
au copain ...

classe ...


http://www.zdnet.fr/actualites/telecoms/0,39040748,39712665,00.htm 


 



Bernard Sady 02/02/2010 21:08


Jean-Michel,

Merci de ce commentaire, mais je ne suis pas sûr que ce soit le bon scénario.
Il me semble que ce n'est pas Lombard qui refile le management au quotidien à ses copains... On ne lui a pas laissé le choix. Richard voulait l'opérationnel, et il l'aura début mars.
En fait, pour Lombard, il ne reste qu'un poste de représentation : la présidence du CA et les "grandes orientations stratégiques et technologiques", dont Richard fera ce qu'il voudra...
Par contre, ce qui est scandaleux, c'est le placard doré dont va bénéficier ce personnage!
C'est ça la vraie classe...


Jean-Michel 02/02/2010 13:28


Bonjour Bernard,
"Qu'il parte!", je l'ai pensé trés fort avec vous, et l'Etat également, mais avec des motivations peut-être moins nobles...La pression l'a emporté sur sa vision personnelle défectueuse. J'aurais
préféré le contraire, ce qui aurait grandi le personnage.
De toute manière, que fallait-il attendre d'un homme prétendant avoir pris le problème "à bras le corps", alors que les faits démontrent le contraire ?
Parlant de rapports affectifs, d'attachements à l'entreprise comme à une grande famille alors que l'on a tiré à vue dans un but d'élimination ?
Finalement, l'une des pratiques les plus courantes dans les scandales en affaires et les procés d'envregure actuels ou récents, ce sont les bilans truqués.
Didier Lombard ne sait pas échapper à cette tendance lourde.

Comme mon cher PC l'annoncerait, je répète comme une alerte système affichée
sur écran bleu (BOSD) : "Conscience défectueuse".


Bernard Sady 02/02/2010 20:43


Bonsoir Jean-Michel,

Il est vrai que si Didier Lombard avait été un grand bonhomme, il aurait donné sa démission depuis longtemps. Devant un tel échec, il n'avait que cela à faire.
Mais il a préféré s'accrocher jusqu'au dernier moment. Bien sûr, il est maintenant dans un placard, mais un placard doré.
Je n'ai pas voulu le critiquer plus dans son interview au Figaro, car on ne tire pas sur une ambulance, mais c'est vrai qu'il ne manque pas d'air pour enjoliver son bilan!

Excellente la comparaison avec l'écran bleu... C'est exactement ça...