Interview d’Akio Toyoda sur CNN par Larry King le 24 février 2010

Publié le par Bernard Sady

Pour comprendre ce qui arrive à Toyota, certains textes sont essentiels.


Après avoir mis en ligne la traduction du témoignage d’Akio Toyoda devant le Congrès américain, il m’a semblé important de diffuser la traduction du texte ci-dessous, qui est une interview d’Akio Toyoda par Larry King sur CNN, le 24 février dernier, au soir même de son témoignage devant le Congrès Américain.

 

La vidéo de cette interview se trouve ici sur Youtube.

 

La transcription anglaise se trouve ici sur le site de CNN.

 

Comme pour les autres traductions que j’ai mis en ligne, c’est Géraldine Laville qui a réalisé celle-ci.

 

Voici ce texte.


 

 

AKIO TOYODA—PDG de Toyota Motor Corporation, s’exprimant dans le talk-show de Larry King sur CNN. King a interviewé Toyoda pour la première fois depuis que ce dernier a pris l’entière responsabilité des problèmes de sécurité du fabriquant automobile

 

TRANSCRIPTION COMPLETE (Ceci est le premier jet de la transcription, ce n’est peut-être pas la version finale et elle est susceptible d’être modifiée)

 

LARRY KING, le présentateur: Merci d’être avec nous ce soir M. Toyoda.

Au fait, à l’audience d’aujourd’hui, il y a eu des délais d’interprétation. Ce soir, nous avons une interprétation simultanée.

A propos, M. Toyoda, vous maîtrisiez bien l’anglais ce matin, lors de votre premier témoignage. Pourquoi préférez-vous faire appel à un interprète?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Parce qu’on m’a donné l’opportunité de m’exprimer lors de l’audience, que je voulais exprimer notre détermination à regagner la confiance de nos clients et que je voulais être très précis.

Et c’est pourquoi j’ai demandé l’aide d’un interprète.

 

KING: Mais – donc vous préférez évidemment utiliser votre langue maternelle. Est-ce qu’aujourd’hui a été difficile pour vous?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Honnêtement, oui. Je trouve que ça n’a pas été une journée facile. Mais j’ai fait de mon mieux et je ne suis pas certain d’avoir réussi à faire passer toute la sincérité de notre message. Mais nous travaillons tous ensemble, avec nos concessionnaires et d’autres clients qui nous ont soutenus, nos fournisseurs et d’autres collaborateurs, et nos employés. Et ils m’ont tous soutenu, alors jusque-là, j’ai tenu le coup.

 

KING: M. Toyoda, diriez-vous que vous avez été traité de manière juste par les membres du congrès?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): C’était la première fois que je pouvais participer à l’audience. Je ne sais pas si elle a été juste ou injuste. Mais ce que je pourrais dire, c’est que je me demande si on a bien compris ce que j’essayais de dire. Et je voudrais continuer à parler aux gens jusqu’à ce qu’ils nous comprennent bien.

 

KING: Que pensez-vous que votre grand-père aurait pensé de tout ça, M. Toyoda? Pensez-vous qu’il aurait été très déçu?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Eh bien, mon grand-père aimerait sûrement pouvoir me dire de regagner la confiance des conducteurs de nos véhicules. Tu dois mener cela à bien, travailler très dur afin de regagner la confiance de nos clients. Je suis sûr qu’il nous encourage en fait.

 

KING: Vous avez présenté vos excuses au nom de Toyota. Un membre du congrès, Marcy Kaptur, a pensé que vous n’aviez pas exprimé assez de remords.

 

A quel point- à quel point cela vous attriste – c’est peut-être difficile de trouver les mots – à quel point tout cela vous attriste-il?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Eh bien, tous les véhicules portent mon nom et si on perd confiance en nos véhicules, alors on perd confiance en moi. C’est très difficile à exprimer. Parfois on me dit que je ne m’explique pas assez. C’est malheureux, mais je voudrais vraiment continuer à exprimer ce que je ressens du mieux que je peux.

 

KING: M. Toyoda, vous présentez toutes vos condoléances à la famille Sailor en particulier. Elle a perdu quatre de ses membres quand l’accélérateur de leur Toyota s’est emballé.

Que pouvez-vous dire, en direct, à tous ceux - Que pouvez-vous dire maintenant aux familles, et il y en a beaucoup qui nous regardent ce soir, qui ont perdu des êtres chers?

Que voulez-vous leur dire, alors que nous montrons une photo de la famille Sailor?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Je voudrais vraiment leur exprimer ma profonde tristesse que des membres de leur famille aient perdu la vie dans un véhicule Toyota. Et je voudrais prier pour eux et leur présenter mes plus sincères condoléances.

 

KING: Eh bien, la douleur est bien là.

 

Rétrospectivement, M. Toyoda, qui est responsable? Où tout cela a-t-il commencé?

Est-ce que c’était les ingénieurs? Qui a commis une erreur?

En faisant le point, à qui imputer la faute?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Chez Toyota, nous faisons de notre mieux pour fabriquer de bons produits – de bons véhicules. Si on réfléchit à ce qui s’est passé, il y a de nombreux facteurs possibles. Nous avons toujours dit que fabriquer une voiture, c’est “fabriquer” des gens.

C’est ce que nous disons depuis 70 ans.

Et de ce point de vue, peut-être que notre activité s’est développé plus vite que nos ressources humaines. C’est un des facteurs.

Un autre facteur est que Toyota est un fabriquant, mais parfois les gens disent que c’est de l’argent que nous fabriquons. Et nous devons avouer qu’il y a peut-être du vrai là-dedans.

Depuis que j’ai pris mes fonctions de Président chez Toyota en juin dernier, j’ai fait passer à nos employés ce message : faire de meilleurs véhicules pour que nos clients aient plaisir à les utiliser.

Et nous voulons rester fidèles à cette idée. Nous voulons vraiment revenir à cette valeur de base.

 

KING: Toyota a longtemps été un symbole de la puissance industrielle du Japon.

Comment ont-ils réagi là-bas? C’est ce que nous verrons tout à l’heure.

Ne zappez pas.*

 

(COUPURE PUBLICITAIRE)

 

(Début d’un extrait vidéo)

UNE VOIX D’HOMME: Jurez-vous de dire la vérité, toute la vérité et rien que la vérité? Si c’est le cas, dites « je le jure ».

(Fin de l’extrait vidéo)

 

KING: Nous voici de retour avec Akio Toyoda, PDG de Toyota Motor Company. Vous parliez de prendre ses responsabilités.

Que faites- vous, M. Toyoda, de cette responsabilité?

Plus de huit millions de véhicules ont été rappelés à travers le monde. Que faites-vous pour vos clients maintenant?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Tout d’abord, j’aimerais dire à nos clients que les véhicules Toyota sont fiables. Par exemple, ce qui doit inquiéter le plus nos clients pour l’instant, c’est le problème d’accélération involontaire, et ils doivent peut-être aussi s’inquiéter du fait que le système de contrôle d’accélérateur électronique est peut-être défectueux. Mais je suis aussi là pour expliquer aux américains que nos ingénieurs travaillent dur pour essayer de recréer ces problèmes – ces problèmes présumés – et malgré leurs efforts, nous n’avons pas été en mesure de recréer ces dysfonctionnements.

Donc à l’heure actuelle, je dirais que nos véhicules sont fiables.

Cependant, selon la façon dont sont utilisés les véhicules, le type de route sur lequel ils sont conduits et le kilométrage, ils peuvent présenter des réactions différentes. Alors à partir de maintenant, nous voudrions sincèrement écouter ce que nos clients ont à nous dire. Nous voulons y porter plus d’attention. J’oriente vraiment la société dans cette nouvelle direction.

Et si nous devions être de nouveau confrontés à ce genre de problèmes, nous devrions être capables d’y répondre bien plus rapidement. Je m’y engage et j’ai la conviction que c’est à moi et à moi seul de mettre cela en place chez Toyota,

 

KING: C’est à vous qu’incombe cette responsabilité.

Ce que vous êtes en train de dire, c’est que dans certains cas, vous pourriez afficher des panneaux d’avertissement sur les voitures concernant leurs conditions et lieux d’utilisation?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Eh bien, je crois que les véhicules sont conditionnés par les routes de chaque localité. Les conditions des routes évoluent et nous devons constamment faire très attention à cela. Alors je ne vais pas dire ici, oui, nous allons afficher des panneaux d’avertissement ici et là, mais plutôt que nous devons vraiment être plus attentifs aux observations de nos clients.

Et nous voulons proposer quelque chose de plus pratique, plus facile à utiliser, avec de plus grandes et de meilleures capacités techniques, et c’est ce que nous cherchons à faire.

 

KING: M. Toyoda, avez-vous trouvé une solution au problème d’accélération? Sommes-nous maintenant certains de la raison de l’accélération intempestive des voitures ?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Eh bien, en gros, il y a quatre types de causes.

Comme je vous l’ai dit tout à l’heure, la défaillance du système électronique contrôle d’accélérateur en est une et la façon de conduire le véhicule et sa structure en est une autre, par exemple, la localisation ou la relation entre la pédale d’accélération et la pédale de frein, ou il y a pu avoir des défaillances avec les pièces ou les composants.

Donc je dirais qu’il y a en gros ces quatre catégories.

En ce qui concerne le système électronique de contrôle d’accélérateur, les conclusions de nos investigations nous ont montré qu’il ne présentait pas d’anomalie. Cela dit, malheureusement, la réalité est qu’il y a des accidents partout dans le monde. Nous aimerions donc travailler avec diverses personnes pour continuer à chercher la cause de ces problèmes. Et..

 

KING: Est-ce que...

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Et les trois autres catégories…

 

KING: Désolé. Continuez.

 

TOYODA (par le biais du traducteur): -- nous installons un système de freinage manuel, donc, en cas, peu probable, de problème, nous devrions être capables de le gérer.

 

KING: Mais vous n’êtes pas en train de dire que c’est la faute du conducteur, n’est-ce pas?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Non, pas du tout.

 

KING: Est-ce que Toyota va surmonter cette crise et sauver sa réputation? C’est ce dont nous parlerons après la coupure.

 

(COUPURE PUBLICITAIRE)

 

(Début d’un extrait vidéo)

TOYODA (par le biais du traducteur): Je suis profondément désolé des accidents subis par les conducteurs de véhicules Toyota. Ces dernies mois, nos clients ont commencé à douter de la sécurité des véhicules Toyota, et j’en prends l’entière responsabilité.

(Fin de l’extrait vidéo)

 

KING: Nous voici de retour avec Akio Toyoda, PDG de Toyota Motor Company.

Sommes-nous en train de dire, M. Toyoda, que, sans équivoque, tous ceux qui nous regardent peuvent dès demain acheter un produit Toyota et se sentir complètement en sécurité ?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Oui, c’est exact.

 

KING: Sans aucune hésitation ?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Comme je l’ai déjà dit, les voitures réagissent vraiment selon la façon dont on les conduit et selon les routes et leur environnement. Alors je ne peux pas affirmer qu’il n’y aura plus jamais de problèmes à l’avenir. Nous travaillons en collaboration avec les concessionnaires, nous essayons également d’améliorer le dialogue avec les clients afin qu’ils puissant profiter de leur voiture en toute sécurité et pendant plus longtemps.

 

KING: Nous avons une question de notre page FaceBook. La question est de savoir comment être sûrs que les voitures ne figurant pas sur la liste des rappels sont fiables?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Je ne suis pas certain de comprendre la question.

 

KING: Je suppose que ça veut dire que, si une voiture n’a pas été rappelée, cela veut-il dire pour autant qu’elle est absolument fiable ?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Eh bien, comme je l’ai déjà dit, nous ajouterons un système manuel de freinage aux véhicules qui seront fabriqués dorénavant, mais nous les ajouterons également sur les véhicules déjà fabriqués. Je ne suis pas ingénieur moi-même, mais j’ai déjà donné à nos ingénieurs des instructions concernant l’étendue de l’installation du dispositif de sécurité supplémentaire du système de freinage sur les véhicules existant afin que nos clients se sentent en sécurité et les utilisent avec aise. Nous allons donc rendre ce système de frein manuel disponible afin que nos clients se sentent sûrs d’eux et en confiance au volant de nos véhicules.

 

KING: Pensez-vous que les ingénieurs sont en partie fautifs?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Eh bien, je ne blâmerais pas les ingénieurs. Ce qui s’est passé ici, c’est moi, le PDG, moi qui suis tout au sommet qui devrait en être tenu responsable. Je voudrais vraiment écouter ce que les clients ont à dire, et, en collaboration avec les concessionnaires, distributeurs, et fournisseurs, nous avons besoin de travailler ensemble et nous travaillerons ensemble, et nous chercherons à regagner la confiance de nos clients.

 

KING: Dans la dernière partie de notre entretien avec M. Toyoda, nous lui demanderons ce qui va se passer pour la société Toyota maintenant, est-ce qu’elle peut s’en remettre, qu’en pense-t-on au Japon? Restez avec nous.

 

(COUPURE PUBLICITAIRE)

 

KING: De retour pour nos derniers instants en compagnie de M. Akio Toyoda.

 

M. Toyoda, est-ce que la société va payer les frais d’hospitalisation, de funérailles ou autres des victimes?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Cela fait partie de questions d’ordre juridiques en cours. Nous ferons de notre mieux.

 

KING: Oui, nous voyons ça – Vos détracteurs au Japon disent que vous n’avez pas réagi assez rapidement pour traiter le problème. Vous auriez dû vous impliquer plus tôt. Beaucoup de gens au Japon le disent. Ont-ils raison? Rétrospectivement, auriez-vous dû agir plus vite?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Oui. Quand je fais le point, j’ai le sentiment que nous aurions dû réagir beaucoup plus tôt. Notre société s’est tellement développée sur le plan mondial depuis que je suis devenu Président que j’ai demandé à notre Vice-Président de chercher à rapprocher les grandes régions géographiques des localités afin qu’elles puissent répondre à divers besoins des consommateurs de chaque région. Ce problème était d’une telle ampleur…J’ai beaucoup réfléchi au fait que j’aurais dû intervenir plus tôt. Peut-être que ça a inquiété les gens ou qu’ils en ont été gênés ou attristés. Je voudrais profiter de l’occasion pour m’en excuser.

 

KING: M. Toyoda, honnêtement, est-ce que la société Toyota peut se remettre de tout ça? Peut-elle redevenir ce qu’elle a été?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Oui. A l’heure qu’il est, tous nos employés y travaillent ensemble. La sécurité de nos clients est notre priorité n°1. Telle est notre devise, et aussi, essayer de redonner à notre société sa puissance et sa valeur.

Notre objectif principal est de créer de bons produits afin que les consommateurs aient plaisir à les utiliser et en soient satisfaits. Malheureusement, nous devons aborder le sujet de la Qualité avec les consommateurs et essayer de les rassurer cette fois, mais j’espère qu’à l’avenir, nous aurons souvent l’occasion de dialoguer avec nos clients afin de leur indiquer comment utiliser leur véhicule avec plaisir et en toute sécurité. Pour cela, nous aurons à travailler très dur et je sollicite votre soutien constant.

 

KING: Bien, deux petites choses encore. Est-ce que vous pensez que tout ceci est de l’anti-Japon ?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): De l’anti-Japon? Non. Au moins, ces problèmes de qualité nous auront permis d’apprendre beaucoup. Cela a été pour nous l’occasion de nous arrêter et de faire le point. Je prends ça comme une excellente opportunité, vous savez, ça nous a appris beaucoup. Nous allons donc profiter de ces expériences. J’espère que nous pouvons nous remettre, faire un come-back, et nous n’avons jamais pensé que c’était de l’anti-Japon.

 

KING: Bien, encore deux autres questions. Vous avez la réputation de ne pas aimer être sous le feu des projecteurs. Est-ce que c’est difficile pour vous? Etait-ce dur de participer à notre émission ce soir?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Eh bien, Larry, je suis très flatté d’avoir participé à votre émission en tant que numéro un de ma société. J’ai toujours pensé que c’était les véhicules, les voitures les personnages principaux, alors je préférais rester à l’écart, mais peut-être que maintenant je vais changer d’avis et que j’ai besoin de parler plus directement aux consommateurs.

 

KING: Merci. Une dernière chose sur notre page Twitter, King’s Things, quel genre de voiture conduisez-vous?

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Eh bien, je conduis beaucoup de voitures différentes. Je dirais que je conduis environ 200 véhicules par an, alors il est plutôt difficile de dire quelle voiture ou quel type de voitures. J’adore les voitures.

 

KING: Merci beaucoup, M. Toyoda. J’espère que tout va s’arranger. Merci d’avoir été des nôtres.

 

TOYODA (par le biais du traducteur): Merci.

 

KING: Akio Toyoda, PDG de Toyota Motor Company.

Publié dans Toyota

Commenter cet article