Un blog décalé et décapant sur le management…

Publié le par Bernard Sady

Un ami vient de me transmettre l’adresse d’un blog « critique, un peu cynique parfois, sur le management et ses méthodes. »

 

 

Il s’agit de « l’Indélocalisable, le blog du management, décalé, dérangeant et décapant… » Tout un programme.

 

Avec un excellent style, Pascal François, nouveau quinqua, écrit depuis décembre 2009 un ou deux articles par mois.

 

Tous ne sont pas de même valeur, mais j’en ai retenu quelques uns :

 

« La roue de secours », ou l’image de la “mesore” (meilleure solution de rechange).

 

« Et le plaisir ? » dans lequel il dénonce le stress dans les prépas : « Ha, les p'tits gars on va vous exciter l'hypothalamus, bonjour les flots d'adrénaline et de noradrénaline, le coeur qui s'emballe, les sueurs froides, la difficulté à respirer, la sécrétion de cortisol et d'aldostérone qui s'emballe, le taux de sucre dans le sang qui flambe et tout ce petit monde qu'on ne peut évacuer qui finit par empoisonner l'organisme. Bienvenus jeunes gens dans le joyeux monde du stress ! Autant vous habituer, vous allez en avoir besoin ! Concours gratinés, séances de recrutement carabinées, vous allez arriver dans le monde du travail fin prêts ! »

Et il pose la question : « Démarche louable, celle d'habituer de futurs dirigeants à gérer des niveaux de stress importants ? »

La réponse : « En filigrane on forme des étudiants à intégrer dans leur culture de la performance, le stress comme un élément positif et nécessaire. » Oui, c’est dès la prépa qu’on convainc ces futurs dirigeants de la nécessité du stress : « Le management par le stress a des beaux jours devant lui avec un tel embrigadement. »

Et après, on s’étonne que nos dirigeants acceptent sans rechigner d’en faire baver à leur personnel.

Alors que « le plaisir » peut être « un facteur de performance » : « L'implication, la communication, le respect engendrent la motivation et donc le plaisir et vice-versa, le stress est combattu par les endorphines libérées, la santé est sauvegardée, le cercle vertueux est déclenché. » 

La conclusion de ce billet : « Faudra-t-il dans leur parcours quelques infarctus ou AVC pour que les managers de demain s'approprient cette évidence ? » Il y a bien quelques top managers qui font des infarctus ou des AVC, mais ce sont surtout ceux qui sont en-dessous qui souffrent le plus.

A noter que Pascal François indique une animation très intéressante de l’INRS sur le phénomène du stress, montrant la différence entre un stress ponctuel et un stress chronique.

 

 

« L’horreur de l’erreur » qui reprend sur un ton humoristique et quelque peu sarcastique la règle de base qui veut qu’il vaut mieux « traquer l’erreur, pas celui qui la commet… ».

 

« Communipulation ? » qui pose la question des relations entre communication et manipulation… Mais la réponse me semble imparfaite…

 

« Comment recruter les meilleurs ? » dans lequel Pascal François reprend l’argumentation de Pfeffer et Sutton dans « Faits et foutaises dans le management ? » : « pourquoi recruter les meilleurs ? »

 

A noter que « Faits et foutaises dans le management » est un des livres fétiches de Pascal François.

 

Nous ne sommes pas tant que ça à défendre un management humain. C’est donc un blog intéressant à suivre et à recommander.

Commenter cet article

gerovital 18/12/2010 11:35



vous êtes un spécialiste SEO parfaite



indelocalisable 04/11/2010 19:59



Bonjour !


 


Merci pour cette critique sympa ! je vais découvrir à mon tour votre blog de ce pas...



Bernard Sady 04/11/2010 23:03



Bonsoir indélocalisable,


Pas mal comme pseudo...


Merci de venir faire un tour sur mon blog. Le style est très différent du vôtre, mais il me semble qu'en plus d'être tous les deux "quinquas", nous avons le même soucis de militer pour un
management respectant les hommes.


Cordialement