Décrocher son premier emploi...

Publié le par Bernard Sady

Après avoir publié fin avril un très intéressant article « Jeunes diplômés : soignez vos savoirs être », Christophe Bys publie un nouvel article sur le site de L'Usine Nouvelle qui intéressera les nombreux jeunes diplômés qui vont se retrouver dans quelques semaines sur le marché du travail : « 7 conseils pour décrocher un premier emploi ».


En cette période de crise, ce n'est pas inutile.



Notre auteur rappelle d'abord que c'est à « l'occasion du championnat du monde des grandes écoles, [qu'] une table ronde a réuni des spécialistes du recrutement sur les conseils à suivre pour décrocher un premier emploi. »  


Premier principe de bon sens : « Décrocher le diplôme est peut-être l'aboutissement de votre scolarité, mais ce n'est que la toute première étape de votre vie professionnelle. Sachez-le, retroussez vos manches. Comme on dit sur les stades : à vos marques ? prêts ? Partez... »


Conseil n°1 : faites un travail qui vous plaît
« Qu'importe les conseils des uns ou les avis des autres, dans une recherche d'emploi, le candidat et ses envies doivent primer. "On ne réussit pas dans un travail que l'on n'aime pas", explique le DRH Didier Chéreau. Avant toute chose, il faut donc identifier ce que l'on aime faire, ce que l'on n'aime moins. Pour cela, n'hésitez pas à rencontrer des personnes qui travaillent dans le même secteur, dans l'entreprise que vous visez ou qui exerce la même fonction. »


Effectivement, il est préférable de bien savoir ce qu'on aime faire et postuler pour un poste dans les secteurs qu'on aime bien. Car cela se sent si on n'est pas plus motivé que cela. Par contre, si vous êtes "fana" du job proposé, vous serez très convaincant.

Attention, c'est quand même à relativiser dans cette période de crise : il ne faudra pas faire la fine bouche, sinon, vous risquez de vous rempiler à l'ANPE...


Conseil n°2 : développez votre singularité
« Tous les pros des ressources humaines vous le diront : recruter un jeune diplômé n'est pas chose facile. Leur CV se ressemblent. Il est donc essentiel de savoir se distinguer. "Faites valoir votre unicité, ce qui vous rend singulier", recommande Patricia Goletto, DRH. Tout ce qui vous différenciera des autres candidats est un atout. "Un jeune diplômé est avant tout un potentiel, insiste le consultant spécialisé dans la deuxième partie de carrière Tristan de Feuilhade. Entre deux candidats, le potentiel fera la différence". Tout, ensuite, est question de dosage, ne soyez pas non plus arrogant. Si personne ne vous reprochera d'avoir confiance en vous, gare à l'excès qui vous fermera bien des portes. »


Il est vrai qu'avec les formations à la recherche d'emploi faites dans toutes les écoles et universités, tous les « CV se ressemblent », aussi bien dans la forme que dans le contenu... D'où l'importance de « savoir se distinguer. » Tout en restant modeste : ce n'est pas vous qui allez révolutionner ou sauver l'entreprise...


Conseil n° 3 : renseignez vous sur le style de l'entreprise
« Les pros des RH le constatent avec regret. Les candidats ne posent pas assez de questions. Ou en tout cas, pas les bonnes. Avant d'accepter ou de refuser un job, intéressez vous à ce qui fait l'identité de chaque entreprise : son mode de management, la manière dont elle reconnaît les efforts des uns et des autres. Didier Chéreau recommande même aux candidats de "demander à rencontrer leurs futurs collègues".  Habib Ramdani, diplômé de la promotion 99 de l'Ecole centrale de Paris, estime que le style de celui qui sera le "futur manager est déterminant. C'est essentiel de savoir quel type de relation on pourra bâtir avec lui". » 


Poser des questions et surtout les bonnes questions lors d'un entretien fera la différence. Plutôt que de se renseigner sur les congés, les horaires de travail ou les prestations du CE, il est préférable de s'informer sur l'entreprise elle-même : pas seulement sur « son mode de management, la manière dont elle reconnaît les efforts des uns et des autres », mais aussi sur sa politique en matière de qualité, sécurité, environnement, développement durable, innovation, etc...



Conseil n°4 : privilégiez les entreprises qui investissent dans l'humain
« Préférez toujours les entreprises qui promeuvent les talents internes. Pour les reconnaître, ne vous fiez pas aux discours officiels que l'on trouve sur les sites Internet « corporate ». Mobilisez plutôt votre réseau ou consultez les sites spécialisés où des salariés notent leur entreprise. Attention toutefois : vérifiez bien qu'il y a un nombre suffisant d'avis sur l'entreprise concernée. »


Il est effectivement plus intéressant de travailler dans une entreprise pratiquant un management humain. Mais ce n'est pas facile à détecter. Et comme pour le conseil n°1, ne faites pas trop la fine bouche...


Conseil n° 5 : pensez au poste d'après
« Attention à la tautologie. Mais, après votre premier emploi, vous en décrocherez un second ! "Choisir un premier poste, c'est aussi choisir une trajectoire", explique Habib Ramdani. Anticiper dès le début le deuxième poste est pour lui essentiel. Là aussi, rien ne vaut des témoignages. Votre envie tient dans le fait de devenir directeur financier, rencontrez-en, demandez leur comment ils ont fait, quel premier poste ils conseillent. Vous avez forcément un réseau. Vous avez fait un stage ? Rappelez le directeur financier, même si vous n'avez jamais travaillé avec lui, demandez à vos parents... »


Oui, pourquoi pas, mais sans griller les étapes. Certes, vous avez fait un ou plusieurs stages dans des entreprises différentes, mais vous n'êtes qu'un débutant... Vous pouvez avoir une idée de ce que vous souhaitez comme carrière, mais elle se fera en fonction d'opportunités que vous aurez (ou pas...), et qu'il faudra savoir saisir...


Conseil n°6 : Estimez le pour et le contre d'une carrière internationale
« " Gare aux miroirs aux alouettes", prévient Michel Gallière, lui aussi DRH. Partir à l'international reste un rêve pour nombre de jeunes diplômés, peu seront élus. Si l'aventure est souvent synonyme d'autonomie et de découverte, elle signifie aussi une relative solitude et la rencontre de vraies barrières culturelles. Pas vraiment le genre de carrière pour une personne qui aime évoluer dans un univers connu. Ainsi, mieux vaut d'abord connaître l'entreprise ici avant de rejoindre une de ses filiales, estime Patricia Goletto. »


Une carrière internationale est souvent un point de passage obligé pour progresser dans une entreprise. Mais il est vrai que c'est difficile et n'est pas adapté à tout le monde. Il n'est pas indispensable de commencer par l'international, mais au bout de quelques années, pourquoi pas.



Conseil n°7 : oubliez ce que vous venez de lire
« Ce qui compte c'est d'être vous-même. Alors oubliez les conseils des uns et des autres. Ne plaquez pas les conseils tout faits, du genre "il ne faut pas mettre jeune homme dynamique dans un CV", s'emporte Eric Matarasso, directeur associé de Quatre Vents. Vivez la situation et sachez qu'en dépit de tous les outils et les discours des RH, le recrutement reste un art bien incertain. La décision reste humaine, avec tout ce que cela compte d'inexplicable. »


En fait, plus que d'avoir oublié tous les conseils, il s'agit de les avoir intégrés, digérés. Plutôt que de les ressortir de manière artificielle.

Si vous jouez un rôle, cela se sentira lors d'un entretien. Alors, restez naturel, et ne cherchez pas à vous faire passer pour quelqu'un d'autre que celui que vous êtes.




En conclusion, Christophe Bys explique à nos jeunes candidats que s'ils sont stressés lors d'un entretien, il en est de même du côté du recruteur...Et reprenant les paroles de  Jean-François Cirelli, vice président et directeur général délégué de GDF Suez, il conseille aux jeunes de « ne pas tomber dans un pessimisme trop facile : « il y a une place pour vous. Il va falloir la conquérir [...]. Les entreprises ont besoin de la jeune génération ».


Oui, mais attention, tout en restant modeste, car comme le disait Julien Weyrich (cité par Christophe bys dans un article précédent) : « J'ai une mauvaise nouvelle pour les jeunes : tout ne leur est pas dû. »

Publié dans Nouveau job

Commenter cet article