“Gardez les meilleurs !” (2) : savoir embaucher

Publié le par Bernard Sady

Ce week-end, j’ai revu un ami de longue date qui m’expliquait les difficultés qu’il avait eues à embaucher son premier employé. D’ailleurs, ça s’est soldé par un échec.

Je lui ai promis de lui apporter des éléments de réponse pour qu’il fasse mieux la prochaine fois…

 

Dans “Gardez les meilleurs !”, le chapitre 8 est consacré au recrutement : « Hier, aujourd’hui ou demain, l’important est de savoir recruter ! » Je vais donc commencer le commentaire de “Gardez les meilleurs !” par ce chapitre. Car il est très bon, il apporte beaucoup de réponses et de conseils.

 

Avant d’entrer dans le vif du sujet voici un peu d’humour pour vous mettre dans le bain. Avec une petite histoire d’un « auteur inconnu » citée à la page 77 de “Gardez les meilleurs !”. Il ne s’agit pas seulement de recruter, il faut aussi savoir garder…

 


« Une comptable performante meurt tragiquement, renversée par un bus qui roulait trop vite. Elle est accueillie aux portes du Paradis par Saint Pierre. Ce dernier lui explique qu’avant de décider où elle souhaite vivre pour l’éternité, elle doit passer une journée au Paradis et une en Enfer.

« Elle descend en Enfer la peur au ventre, mais est surprise d’y découvrir un magnifique terrain de golf, des amis et des collègues qui l’accueillent à bras ouverts, des plats délicieux, une superbe fête et même un diable très mignon. A la fin de la journée, elle quitte avec regret l’Enfer pour se rendre au Paradis. Cette expérience est plutôt positive également, avec les nuages, les anges, les harpes et les chants qu’elle s’attendait à trouver.

« Puis, Saint Pierre lui demande de prendre la décision de sa vie (et même au-delà). Où a-t-elle envie de passer l’éternité : au Paradis ou en Enfer ? Vous vous en doutez, elle a opté pour l’Enfer. Mais cette fois, elle y trouve un paysage désertique et ses amis, vêtus de haillons, fouillent dans les poubelles. Il n’y a plus de fête, seulement de la misère et du désespoir.

« Elle dit alors à Satan : “Je ne comprends pas. Je suis venue hier et il y avait un terrain de golf, un club de loisirs, nous avons mangé du homard, nous avons dansé et nous nous sommes bien amusés. A la place aujourd’hui, il y a un désert et tous mes amis ont l’air triste.” Satan la regarde et lui répond en souriant : “Hier, nous vous recrutions ; aujourd’hui, vous êtes une salariée.” »

 


Les auteurs de “Gardez les meilleurs !” concluent : « Si cette histoire vous fait rire, c’est sans doute parce qu’elle contient une once (voire plus) de vérité. Vous avez peut-être vous-même connu cela : les invitations au restaurant pendant la phase de recrutement (cela ressemble quasiment à de la séduction), puis une réalité froide et cruelle une fois que vous avez signé. Si le talent que vous venez de recruter est confronté à cette froide réalité trop brutalement, vous le perdrez sûrement. »

Publié dans Nouveau job

Commenter cet article