Des bureaux selon les générations ?...

Publié le par Bernard Sady

Le Journal du Net présente une étude faite par Steelcase sur « les caractéristiques et les valeurs des quatre générations qui se côtoient en milieu professionnel pour définir l'espace de travail idéal de chacune d'entre elles. »

 

La réalisatrice du dossier, Aurélie Fardeau, fait donc un portrait de chacune de ces générations - les vétérans, les papy boomer, la génération X et la génération Y - et explique ce que chacune attend de son espace de travail.

Je passe sur les portraits de ces quatre générations qui me paraissent parfois à la limite de la caricature (c'est quand même une gageure de résumer les caractéristiques d'une génération en 10 lignes...).

 

Les vétérans, nés « entre 1909 et 1945 » deviennent de plus en plus rares dans les entreprises...

Concernant leur espace de travail, « c'est la population qui demande le plus d'individualisation : le bureau doit être attitré car il est le reflet du poste et des responsabilités associées. Les relations professionnelles sont formalisées et la séparation entre le professionnel et l'extraprofessionnel doit être nette. L'espace doit être structuré. »  

 

Les papys boomers, eux, sont nés entre la fin de la guerre et le milieu des années 60.

Pour eux, l'espace de travail « idéal doit mêler des lieux collectifs avec des espaces individuels » car ayant « connu l'arrivée des nouvelles technologies de l'information et de la communication ainsi que les débuts du travail en équipe, ils ont dû abandonner leur bureau individuel pour des espaces plus collectifs. Un virage qui n'a pas que des avantages pour eux : leur principal reproche envers les espaces de travail concerne ainsi la gêne sonore (62 % d'entre eux s'en plaignent). L'espace de travail idéal doit ainsi mêler des lieux collectifs avec des espaces individuels. Le mobilier reste statique.»

 

La génération X est née entre 1965 et 1977.

Contact, communication et possibilités de concentration sont les caractéristiques de leur espace de travail. Celui-ci « doit être le reflet de la culture d'entreprise et de la dynamique organisationnelle car ses salariés sont plus mobiles que les générations précédentes. Les espaces sont ouverts et flexibles pour faciliter le travail en équipe et en mode projet. Le mobilier est mobile et les espaces sont multifonctions. »

 

La génération Y, elle, est née entre 1978 et 2000.

Les open spaces sont pour ses membres une gêne moindre que pour les autres générations. « Pour eux, l'espace de travail ne consiste plus seulement en un environnement réel mais également en des espaces virtuels (visioconférence, intranet...). L'entreprise est ainsi un lieu d'échange et de rencontre qui doit permettre aux collaborateurs nomades de se retrouver et de renforcer leur sentiment d'appartenance à l'entreprise. Les espaces sont plus que jamais ouverts afin de permettre le travail en équipe. Les aménagements et le mobilier doivent être ludiques ».

 

On passerait donc d'espaces très individualisés aux open spaces. Mais en-dehors des vétérans, toutes les générations veulent pouvoir communiquer (bureaux collectifs, salles de réunions, etc.) et également pouvoir s'isoler pour se concentrer.

Dans deux billets précédents, je me suis élevé contre les open spaces et les bureaux partagés. Ce dossier ne me contredit en rien. Au contraire, je note que pour la génération Y, « l'entreprise est un lieu d'échange et de rencontre qui doit permettre aux collaborateurs nomades de se retrouver et de renforcer leur sentiment d'appartenance à l'entreprise ». Même s'ils sont un peu différents, chaque génération a besoin de repères.

Commenter cet article

FXavier 28/11/2008 12:00

Merci pour cette brève généalogie dont on semble ne parler qu'en Management.