Qu’il parte !

Publié le par Bernard Sady

Nos grandes entreprises ne se ressemblent pas… Chez EDF, il y a un Proglio pour deux entreprises, alors que chez France Telecom, il y a deux chefs pour une seule entreprise….

Comme on pouvait s’y attendre, c’est la pagaille.

 

 

C’est Challenges.fr qui donne les informations les plus précises.

 

D’abord, Airy Routier, l’auteur de l’article explique le départ de Caroline Mille, Directrice exécutive et directrice de la communication de France Telecom : « L'opérateur a confirmé dans un communiqué que Caroline Mille "cessera d'exercer ses fonctions au sein du groupe à compter du 31 janvier prochain". "Le groupe la remercie pour son action", indique le groupe, qui précise que la directrice du service de presse Béatrice Mandine assurera l'interim à ce poste à partir du 1er février et "jusqu'à nouvel ordre".


« C'est l'épilogue d'un long conflit qui l'a opposé à Didier Lombard, président de France Télécom, depuis la polémique qui a suivi la vague de suicides dans l'entreprise. Persuadé qu'il s'agissait d'un non-événement- il avait même très maladroitement parlé de "mode" à propos de ces suicides-, Didier Lombard l'a réduit à un simple couac de communication dont il a imputé l'entière responsabilité à Caroline Mille, qui n'a pourtant cessé de lui dire qu'il s'agissait d'un symptôme beaucoup plus sérieux des dérives internes de France Télécom. La tension entre le président et sa directrice exécutive n'a cessé de s'accentuer au fil des mois jusqu'à la séparation d'aujourd'hui. »

 

Et il en vient à la situation de Didier Lombard au sein de l’entreprise : « Ce départ conflictuel s'inscrit dans un contexte très particulier, qui voit Didier Lombard, de plus en plus enfermé dans sa bulle, de plus en plus critiqué au sein de France Télécom et de plus en plus hostile à Stéphane Richard, ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde, proche de Nicolas Sarkozy, qui est entré dans l'entreprise comme successeur désigné. Normalement, le passage de témoin aurait dû se faire en avril 2011, terme du mandat de Didier Lombard, atteint par la limite d'âge.


« Mercredi, Stéphane Richard a annoncé aux syndicats -au sujet de sa possible nomination à la tête de l'entreprise- que la "clarification" serait "très rapide", sans autre commentaire. »

 

Cela risque de ne pas être aussi simple : « le pouvoir politique souhaite que les choses s'accélèrent. Des propositions financières intéressantes ont été faites à Didier Lombard, qui resterait président non exécutif. » Un placard doré, quoi !


« S'il les accepte, Stéphane Richard pourrait être nommé DG lors de la prochaine assemblée générale. S'il les refuse, personne n'obligera Lombard à partir avant le terme de son mandat: après l'affaire Proglio, le président de la République ne veut pas se mettre en situation d'être accusé de copinage en faveur de Stéphane Richard. Un conseil d'administration décisif aura lieu à la mi-février. »

 

Je n’ai nulle confiance en Stéphane Richard sur le plan humain, mais au moment où l’entreprise doit faire des choix stratégiques, un seul chef est de toutes manières préférable.


Si Didier Lombart pensait réellement à l’intérêt de France Telecom, plus qu’à son intérêt propre, il donnerait sa démission. C’est incroyable de s’accrocher de cette manière à son fauteuil après un tel échec.


Qu’il parte !

Publié dans Stress au travail

Commenter cet article

Gael 31/01/2010 12:51


Je rejoins vos idées, pour ma part je serais également d'avis qu'il parte..

Bonne fin de week-end,
Gael rédacteur pour le site symptomes.info


Bernard Sady 31/01/2010 21:25


Bonsoir Gael,

Je crois que nous ne sommes pas les seuls...
Il ne doit y en avoir qu'un seul qui souhaite que Didier Lombard reste chez France Telecom, c'est lui-même...

Je suis allé voir votre site. Il faudrait ajouter une rubrique sur les symptomes du stress au travail.